dimanche, 08 septembre 2013 20:19

Les pieds sur terre : 1er Prix Lauréat du concours d’idées international pour le pavillon de l’architecture en terre à Niamey

Évaluer cet élément
(2 Votes)

 

 

 

Dans le cadre du projet « Une industrie culturelle en développement : l’architecture en terre », un programme ACP-UE d’appui au secteur culturel ACP « PAS DE FUTUR SANS CULTURE », programme du Groupe des États ACP financé par l’Union Européenne, le CISP (Comité International pour le Développement des Peuples) a organisé un concours d’idées international pour le pavillon de l’architecture en terre au Musée National Boubou Hama afin d’en assurer la visibilité et la médiatisation internationale.

L’objet du concours d’idées était de récompenser une proposition pour le pavillon de l’architecture en terre offrant un témoignage vivant de l’architecture en terre contemporaine et étalant les possibilités offertes par les techniques de construction en matériaux locaux et plus particulièrement la terre. Ce concours d’idées, ouvert  à des professionnels de la construction, enseignants, étudiants et stagiaires en architecture, a offert une occasion unique de se pencher sur la construction en terre au Niger, pays du sahel.

La 1ère place de ce concours a été remportée par une équipe Bénino-brésilienne avec le projet « Les pieds sur terre ». Cette équipe est formée de Abiola A. Yayi (Bénin) et Robert Soares de Lima (Brésil), tous deux étudiants en Architecture à l'Université Fédéral d'Uberlandia. Précisons que Abiola A. Yayi est aussi le Représentant de l'Association AFRIKArchi au Brésil.


Leur projet consiste en une analyse minutieuse du site sur lequel sera construit le pavillon. Dans cette analyse, l'équipe dite avoir observé l’insolation qui l’atteint, en prêtant attention à son orientation. Elle soutient avoir cherché des informations susceptibles d'indiquer les vents prédominants de la ville de Niamey, prenant en compte des données sur la pluviosité. Elle a aussi observé les édifications existantes et la végétation des alentours du site, et avoir considéré les flux principaux existants et autres que pourraient être potentialisés; observé les types d’activités développées aux alentours immédiat du terrain entre autres.
Elle souligne avoir utilisé la technique connue en milieu francophone comme terre pisé, appelée ’’taipa’’ au Brésil. En général, dans cette technique, la terre crue est compactée entre des plaques de bois qui sont mises l’une à côté de l’autre et qui donneront forme au mur.

L'équipe a fait le choix d'utiliser une technique utilisant la terre crue qu'une autre où la terre est cuite, car la ressource énergétique est moindre dans le cas de la terre crue, défent-elle.

Photos credits : CISP

 

" Une industrie culturelle en développement : l’architecture en terre "

Code projet : FED/2012/291857
 

Tout savoir sur le CISP :
 

 

Romarick ATOKE