mercredi, 26 décembre 2012 03:22

Comprendre comment marche la construction en paille

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

 

 

 Les bottes de paille utilisées dans la construction proviennent de la culture de céréales (blé, triticale, seigle, orge, etc.) hors avoine. La  paille de blé compressée constitue un isolant thermique et phonique performant et régule l’humidité des pièces en assurant la respiration du matériau. Les bottes de paille sont mises en oeuvre comme remplissage des murs extérieurs, intérieurs, des toitures, des combles et des cloisons.

Une double structure en bois poteau-poutre-charpente permet d’insérer les bottes de paille posées sur chant, à plat ou verticalement, en quinconce ou empilées les unes sur les autres de manière jointive, assurant à la fois le rôle de remplissage et d’isolation de la paroi. Les dimensions des bottes sont légèrement supérieures aux dimensions des volumes dans lesquels elles sont insérées, au plus près des ossatures et des parements, de manière à ne laisser aucun jeu. Les vides éventuels de la structure doivent être comblés.

 

Vue d’ensemble d’une construction en paille

  

Terminologie des parties visibles d’une botte de paille

 

Détails et revêtements des murs extérieurs 

Les revêtements extérieurs sont choisis selon leur niveau de protection aux intempéries et la situation du bâtiment. On distingue, par ordre croissant de protection, les enduits de terre, de terre avec finition à la chaux, de terre stabilisée, de chaux, les bardages et les vêtures.


Détail d’un mur extérieur avec bardage bois

 

 

Détail d’un mur extérieur avec enduit de finition

  

Enduits

Les enduits sont mis en oeuvre sur une légère couche de barbotine qui pénètre dans la paille.  L’épaisseur cumulée minimale des enduits appliqués doit être suffisante pour couvrir totalement les fibres de la paille.


Différentes couches d’enduit

 

Menuiseries 

Les menuiseries doivent assurer la continuité de l’étanchéité à l’eau, à l’air et minimiser les ponts thermiques. Les appuis et tableaux sont conçus de façon à rejeter vers l’extérieur toutes les eaux reçues ruisselant sur leur surface. 

Appui en bois - Finition linteau avec retour enduit

 

Étanchéité en pied de mur

La liaison entre le mur et le soubassement comprend une rupture capillaire qui empêche les remontées d’humidité vers les bottes de paille, et un dispositif de protection contre les rejaillissements (garde au sol, larmier). 


Exemple de liaison entre soubassement et paroi verticale

 

 

  

Isolation thermique des toitures et plafonds

Les bottes de paille sont disposées entre les éléments porteurs, ou sur ceux-ci entre des raidisseurs qui supportent la couverture.

 

 Exemple de remplissage entre les éléments porteurs

 

 

 

Mise en oeuvre des angles

Des montants en bois disposés en équerre ou des dispositifs équivalents assurent le maintien des bottes d’angle. Les vides sont comblés avec un matériau isolant de caractéristiques proches de celles de la paille.

 

 Principe de disposition de montants et bottes d’angle

 

 

Ce document est un extrait du bimestriel  "Complément  Technique", publié par les Editions du Moniteur, qui analyse les principaux textes et normes. Vous pouvez vous le procurer en cliquant ici

  

Source : lemoniteur.fr /  Photos © Editions Le Moniteur