mercredi, 26 décembre 2012 03:48

Un disjoncteur d’eau pour traquer les fuites et les consommations excessives

Évaluer cet élément
(3 Votes)

 

 

 

Hydrelis, une jeune société créée en 2004, présente à Interclima des solutions pour maîtriser la consommation d’eau et détecter en temps réel les dysfonctionnements des réseaux de distribution afin de les traiter. 

Le premier produit imaginé par Thierry Sartorius, fondateur de cette entreprise du Pas de Calais, est destiné à la maison individuelle et aux petits bâtiments. Lancé en 2007 après trois ans de gestation et le dépôt de brevets, Clip-Flow agit comme un disjoncteur. Installé en tête de réseau près du compteur, cet appareil autonome qui fonctionne sept à douze ans avec une pile au lithium, sans branchement électrique, coupe l’arrivée d’eau en cas d’anomalie de débit. Un système électronique à très faible consommation analyse en permanence le flux d’eau et déclenche la fermeture dès qu’il détecte un débit stable anormalement long, signe d’une fuite. Son temps de réaction est fonction de l’importance de la fuite : plus le débit est important, plus il déclenche rapidement. Le délai de coupure varie ainsi de quelques secondes en cas de rupture de canalisation à une heure pour une fuite de chasse d’eau ou de robinet correspondant à un débit stable de 80 l/h. Il peut aussi couper l’eau de lui-même en cas d’inactivité prolongée. Comme avec un disjoncteur électrique, le réarmement après une coupure est simple, il suffit d’abaisser le levier et le système se réinitialise automatiquement. 

 

30 à 35% d’économie d’eau
Dès la mise sur le marché du Clip Flow, Hydrelis lançait le projet d’un système plus sophistiqué, reposant sur le même principe mais destiné à des installations professionnelles : entreprises multi sites, collectivités locales. Lancé en 2010, Switch Flow détecte également les fuites et coupe automatiquement l’eau en cas d’anomalie, avec un réarmement manuel ou à distance. Mais il peut également assurer la coupure automatique de l’alimentation sur certaines plages horaires, par exemple la nuit, ou limiter le volume journalier d’eau consommée. Outil de suivi des consommations, il peut aussi se contenter de donner l’alerte en cas d’anomalie sur le réseau sans couper l’eau afin d’assurer la continuité de la distribution. Cet outil de maîtrise des consommations permet aux clients d’Hydrelis de faire des économies sensibles : en moyenne 30 à 35% assure Thierry Sartorius, et souvent au-delà de 50% sur des sites isolés sans présence humaine.

 

Parmi les villes qui ont adopté ces dispositifs, Bordeaux a commencé par en équiper ses bibliothèques, puis ses cimetières, ses écoles, ses stades et ses salles polyvalentes. La ville de Nevers les a choisis pour ses nombreuses bornes fontaines et ses points d’arrosage. McDonald’s en équipe également ses restaurants.
Fier de ses produits dont la moindre pièce est conçue dans l’entreprise de quinze personnes puis fabriquée en France par des sous-traitants avant un assemblage par Hydrelis, Thierry Sartorius ne compte pas s’arrêter là dans l’innovation. L’interfaçage avec des outils de gestion technique centralisée est à l’étude, notamment avec Wago, spécialiste de la connectique et de l’automatisation du bâtiment. L’entreprise vient également d’être lauréate du programme Eureka, au sein d’un consortium européen de six partenaires français et espagnols pour développer des systèmes de communication à ultra faible consommation.

 

 

 

Le disjoncteur d’eau d’Hydrelis est posé en tête de réseau, près du compteur. © DR

 



Isabelle Duffaure-Gallais | Source LE MONITEUR HEBDO