mercredi, 26 décembre 2012 03:42

Un lycée bioclimatique construit avec le savoir-faire sénégalais

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Pour le nouveau lycée français de Dakar, les architectes parisiens de l’agence Terreneuve ont opté pour des bâtiments et des procédés constructifs adaptés aux ressources locales.

Après deux années de chantier, le nouveau lycée français Jean-Mermoz de Dakar (Sénégal) s'installe dans ses nouveaux bâtiments. Conçu par les architectes parisiens de l'agence Terreneuve (Nelly Breton et Olivier Fraisse), associés à Adam Yedid - lauréats du concours de maîtrise d'œuvre en 2006. cet ensemble de 17.000 m2 construits accueille 2.400 élèves de quarante nationalités de la maternelle à la terminale, et les enseignants et personnels administratifs nécessaires à son bon fonctionnement. Implantés dans le quartier de Ouakam, le long de la corniche ouest de la presqu'île de Dakar, les nouveaux bâtiments remplacent des constructions modulaires provisoires de... 1994 !


L'équipement rassemble une cité scolaire (de la maternelle au baccalauréat), un pôle administratif et des équipements communs (CDI, restaurant scolaire, salle polyvalente et, à terme, un gymnase et un plateau sportif). Presque enclavé dans son quartier, à l'abri d'un mur d'enceinte, le lycée est quasi invisible depuis l'espace urbain et, avec ses dimensions, il doit regrouper la communauté française en cas de  crise.
Tentative réussie d'architecture bioclimatique à l'échelle quasi urbaine, les bâtiments et procédés constructifs mis en œuvre résultent d'une démarche contextuelle approfondie qui repose sur les ressources locales pour développer des solutions adaptées à la réalité du « terrain » et des savoir-faire sénégalais. Une démarche volontariste et partagée, résultat d'un dialogue fructueux entre les architectes et l'AEFE (Agence pour l'enseignement français à l'étranger), maître d'ouvrage. Une deuxième tranche de travaux verra la construction d'équipements sportifs à l'emplacement des anciens bâtiments préfabriqués. Le chantier, en cours, sera achevé courant 2011.

© Daniel Rousselot – Lycée Jean Mermoz de Dakar

 

FOCUS

Les savoir-faire locaux testés et sollicités

« L'ambition de la simplicité » a guidé les architectes. A l'exception de quelques ouvrages en béton banché, les bâtiments sont réalisés en maçonnerie de blocs béton et planchers poutrelles-hourdis. Les savoir-faire locaux ont également été exploités pour le second œuvre : grilles et garde-corps « tressés» en serrurerie, parvis en pavés de basalte, sols en béton coquillé, peinture sur enduits extérieurs. Un bâtiment laboratoire a permis de tester - in situ, grandeur nature - les menuiseries, peintures, enduits colorés et stores, ainsi que la mise en eau des terrasses et le dimensionnement des chéneaux. « En s'appuyant ainsi sur les ressources et les savoir-faire locaux pour limiter les techniques et produits importés, le projet a cherché un ancrage territorial et environnemental, autant qu'économique et social, expliquent les architectes. Il démontre qu'une offre concurrentielle existe, face à la production immobilière dakaroise faite d'une architecture internationale déconnectée du contexte. »

 

FOCUS 

Fiche technique

Maîtrise d'ouvrage : AEFE, service immobilier.

Maîtrise d'ouvrage déléguée : lycée Jean-Mermoz de Dakar.
AMO : SCO (Abidjan).
Maîtrise d'œuvre : Terreneuve (Nelly Breton et Olivier Fraisse), architectes mandataires ; Alice Levy-Leblond, chef de projet concours ; Thomas Hus, chef de projet études et chantier ; Adam Yedid, architecte associé.
BET : Architecture et Climat (architectes, BET et économiste), Satoba (structures), Alto ingénierie (fluides et environnement), Getrap (économiste en études).
Consultants : Armelle Claude (paysagiste), Ayda (acousticien), Miquel Mont (plasticien-coloriste).
Programmiste : Polyprogramme.
Bureau de contrôle : SCAT Internationale (Dakar).
Entreprise : Générale d'entreprises (Dakar).
Surfaces : 17.000 m2 HON + 40.000 m2 de surfaces extérieures.
Coût total : 15,70 millions d'euros HT (valeur 2006).

 

Source : lemoniteur.fr