mardi, 20 janvier 2015 23:39

Yolande Doukouré : nouvelle présidente de l'Ordre des architectes de Côte d'Ivoire

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Yolande Doukouré, Présidente du Conseil National de l'Ordre des Architectes (Cnoa) de Côte d'ivoire Yolande Doukouré, Présidente du Conseil National de l'Ordre des Architectes (Cnoa) de Côte d'ivoire

Le 18 décembre 2014, le bureau du Conseil National de l'Ordre des Architectes (Cnoa) de Côte d'ivoire a élu à sa tête l'architecte Yolande Séhinabou Doukourou. Cette dernière remplace l'architecte Guillaume Koffi, de l'agence Koffi & Diabaté, qui a bridé plusieurs mandats. Le bureau de l'Ordre des architectes, dirigé pour la première fois par une femme, comprend 12 membres. 

Mieux faire connaitre la profession d'architecte en Côte d'Ivoire, ses obligations et ses droits tels que fixés par la loi, ainsi que sa contribution au développement urbain et économique de la Côte d'Ivoire. C'est la première mission que s'est assigné le Conseil national de l'ordre des architectes (Cnoa), présentée, hier, à la presse, au siège de l'Ordre, à Cocody. Le prétexte : la présentation du bureau du Conseil.

Selon la présidente de l'Ordre, Yolande Doukouré, il s'agira d'établir un rapport de confiance solide et durable entre l'architecte et la société en général, mettre l'architecte au centre du cadre bâti, au bénéfice de la meilleure image des villes de la Côte d'Ivoire, pas au seul profit d'Abidjan ou Yamoussoukro. "L'architecte est au service de la société et l'architecture est d'utilité publique. La profession d'architecte n'est pas commerciale, encore moins un métier de bourgeois, et tous les architectes ne roulent pas carrosse, en tout cas dans les pays en développement", a-t-elle indiqué. Invitant les promoteurs immobiliers à utiliser en priorité les services des architectes pour éviter ces situations d'immeubles qui s'écroulent ou de voiries qui se dégradent à une vitesse vertigineuse. Car, pour le Cnoa, les travaux exécutés dans le bâtiment et travaux publics ne sont pas, pour la plupart, l'œuvre des professionnels.

 

Pour la présidente, il n'y a pas d'excuse à ne pas utiliser les architectes car ceux-ci existent bien, et depuis quarante ans. Et que la loi donne obligation de faire appel à un architecte dans la construction d'un immeuble. C'est pourquoi ils désapprouvent le rôle que les promoteurs veulent leur faire jouer dans la politique présidentielle des logements dits sociaux : "Tous les promoteurs n'ont pas fait appel aux architectes. Quand c'est le cas, c'est pour avoir des autorisations de construire". D'où ce cri de cœur de la présidente : "Tant de bâtiments en construction ou à réaliser, et si peu d'architectes qui ont du travail ! Comment cela peut-il se concevoir ? Comment corriger cet état de fait? Comment comprendre alors que les architectes ivoiriens n'aient pas de travail, pendant que le secteur informel connait une expansion quasiment exponentielle, et que la demande en logements demeure insatisfaite ? C'est par la communication que nous allons sensibiliser les populations. Il faut qu'elles aient le réflexe d'aller vers l'architecte".

 

Source : allafrica